fermer menu
fermer menu
Croisons les vues, croyons les regards.
  • fr
  • en
  • Ici et là-bas

    Chroniques d’Haïti #9 : la presse reste une cible pour les gangs armés

    « À chaque fois que je pars couvrir un événement, je ne sais pas si je vais pouvoir revenir en vie », alerte Jean Brunel Mimy, reporter en Haïti. Le double assassinat des journalistes John Wesley Amady et Wilguens Louis-Saint le 6 janvier dernier est venu rappeler combien la presse reste une cible pour les gangs armés, tandis que l'île d'Hispaniola traverse une crise sociale, économique et politique sans précédent.

    Anderson D. Michel. Illustration : montage figurant les portraits de John Wesley Amadi, reporter assassiné en janvier et Rodly Saintiné, journaliste vivant caché à la suite de menaces de mort. Dessin d'Oriane Sebillotte La profession est à nouveau endeuillée. Ce 6 janvier, John Wesley Amady et Wilguens Louis-Saint, journalistes, ont été assassinés par balles par un gang de la Boule 12, une zone de Port-au-Prince, la capitale. Zone qui cristallise ces derniers mois nombre d'affrontements entre plusieurs bandes armées. Un troisième confrère a échappé in extremis à cette attaque commanditée. Depuis, Vil Wilmane, vit caché, par peur de représailles. De mars 2018 à janvier 2022, sept professionnels de l'information ont été tués par des gangs armés. Quand un certain nombre d’autres est menacé et traqué. IZO, chef de gang des “5 segonn” (signifiant 5 secondes en créole ndlr), qui opère à Martissant - un quartier dangereux de la capitale -, a verbalisé ses pressions. Dans une note vocale diffusée sur les réseaux sociaux, il a menacé de s'en prendre aux journalistes pour « diriger son fusil contre eux ». Portrait des journalistes John Wesley Amady, 32 ans, travaillait comme reporter pour Radio Écoute FM, un média en ligne basé au Canada. Le journaliste a également collaboré longtemps avec le journal Haïti Liberté. Il a été tué et brûlé vif, affirme Radio Écoute FM, qui a diffusé un communiqué pour condamner cet acte. Affirmant également suspendre ses activités « jusqu'à nouvel ordre ». Wilguens Louis-Saint travaillait, quant à lui, pour Télé Patriote, et d'autres médias haïtiens en ligne en Haïti comme caméraman. L'ONG de défense de liberté de la presse, Reporters sans frontières, dénonce un « acte barbare » et urge les autorités à identifier les commanditaires de cet assassinat. Tout en exhortant « la police et la justice haïtiennes à...

    fond de couleur pour message abonnement

    Pour lire la suite, soutenez Guiti News et abonnez vous à partir de 2€/mois*

    Vous aimerez également :

    icone du ministere de la culture francaise, qui soutient Guiti News
    © Guiti News 2021 – Tous droits réservés