fermer menu
fermer menu
Croisons les vues, croyons les regards.
  • fr
  • en
  • Guiti aime

    « Traverser » ou l’histoire d’un jeune ivoirien en quête d’Eldorado

    « Défaire cette Afrique toujours colonisée, à n'importe quel prix ». « Traverser » est le second long-métrage du réalisateur ivoirien Joël Akafou. Un film plein d’audace qui réveille notre regard et oxygène nos réflexions. Rencontre avec le réalisateur à l’occasion de la sortie du film en salles le 5 janvier prochain.

    Propos recueillis par Sidney Cadot-Sambosi. A la Une, portrait de Joël Akafou. ©Dario Lehner assistant Katharina Mentink. Traverser, c’était le rêve des jeunes « brouteurs » (escrocs ndlr) ivoiriens, dont Bourgeois faisait parti, dans le film « Vivre riche » (2017) de Joël Akafou. Avec l’argent du « broutage », arnaque à l’amour qui consiste à soutirer de fortes sommes contre de belles promesses à de jeunes femmes occidentales sur Internet, Bourgeois a réussi à franchir la Méditerranée. Touré Inza Junior, alias « Bourgeois », vit désormais en Italie attendant la fin de l’hiver, pour passer la frontière et rejoindre son eldorado : la France. Dans « Traverser », Joël Akafou rapporte les pérégrinations de Bourgeois dans ses moindres détails. Il filme tout : ses espoirs, ses joies, ses angoisses et ses choix. Dans son second film, « Traverser », Joël Akafou rapporte ainsi les pérégrinations de Bourgeois dans ses moindres détails. Il filme tout : ses espoirs, ses joies, ses angoisses et ses choix. Il éclipse volontairement les problématiques liées aux passeurs, aux persécutions des forces de l’ordre envers les candidats à l’exil, ainsi que les imbroglios administratifs et économiques. La caméra se glisse littéralement dans la peau de Bourgeois, se laissant surprendre par la houle de ses sentiments, de ses rencontres. À travers sa vie, nous pénétrons aussi à l’intérieur d’une lecture du monde qui s’adapte et se transforme sans cesse. Guiti News : D'abord, nous espérons que Bourgeois se porte bien, ainsi que toutes celles et ceux qui l’ont entouré. Le titre de votre film évoque le franchissement physique des frontières, mais aussi l’épopée sentimentale, psychique et morale de Bourgeois, parsemée de barrières et de passerelles. Comment l’idée de frontière et celle de passage s’articulent-elles dans votre travail ? Joël Akafou : Pour moi, il s’agit de questionner le sens du mot « mondialisation » en montrant...

    fond de couleur pour message abonnement

    Pour lire la suite, soutenez Guiti News et abonnez vous à partir de 2€/mois*

    Vous aimerez également :

    icone du ministere de la culture francaise, qui soutient Guiti News
    © Guiti News 2021 – Tous droits réservés