fermer menu
fermer menu
Croisons les vues, croyons les regards.
  • fr
  • en
  • Guiti aime

    Au revoir les patriarches : retour sur la quinzaine de Cannes 2021

    La projection de la quinzaine des réalisateurs du 74e festival de Cannes au forum des images (Paris) nous a donné envie de nous replonger dans ces films qui font la part belle à l'émancipation des femmes.

    Texte : Laure Woestelandt / Illustration : montage Canva d'après les trailers de Medusa (arrière-plan), Clara Sola, le Journal de Tuoa et la Colline où rugissent les lionnes. Reprise de la sélection de la Quinzaine, dans un Cannes un peu déserté de ses festivaliers mais où nous retrouvons (enfin!) le plaisir et l’émotion de voir des jeunes cinéastes éclore et confirmer leurs talents. Cette sélection, exigeante, variée et vivifiante, vient nous saisir à la sortie d’une Sélection Officielle qui, hormis certains chefs-d’œuvre, a peiné à nous réveiller de notre léthargie confinée. Signe ou non de notre époque post #MeToo et dans la suite de la formation du collectif 50/50, les femmes se sont imposées à la Quinzaine et avec un thème récurrent dans leur film : celui de l’émancipation du patriarcat dominant. Murina Dans le très beau et aquatique Murina, cette émancipation prend la forme d’une tentative de rébellion feutrée d’une jeune adolescente contre son père. Quand, au sein d’une île des Kornati (Croatie), un ancien et riche ami de la famille vient mettre à jour certains dysfonctionnements du clan. Avec son premier long- métrage, la croate Antoneta Alamat Kusijanovic a remporté cette année la Caméra d’or. On se plonge avec plaisir dans ses longs plans subaquatiques, reflets de l’inconscient du personnage. Si le récit semble de facture classique, il bifurque à souhait et se complexifie. https://twitter.com/Festival_Cannes/status/1416489581571190787 La colline où rugissent les lionnes Road-teen movie, La colline où rugissent les lionnes, premier long-métrage de Luàna Bajrami (actrice dans la Jeune Fille en feu de Céline Sciamma) met en scène une bande d’ados kosovardes qui ne veulent plus grandir à l’ombre des diktats de la société. Elles se décident à prendre le large pour se réinventer, sinon ré-enchanter leurs horizon. Mais ces farouches désirs d’émancipation nous perdent un peu en route...

    fond de couleur pour message abonnement

    Pour lire la suite, soutenez Guiti News et abonnez vous à partir de 2€/mois*

    Vous aimerez également :

    icone du ministere de la culture francaise, qui soutient Guiti News
    © Guiti News 2021 – Tous droits réservés