MENU
Recevoir la Newsletter

Migrants à la rue : face au virus, les citoyens s’organisent

À l’heure du confinement, associations et citoyens s’arrangent pour venir en aide aux personnes exilées souvent sans toit et sans ressources.

Texte : Clara Losi / Photos : Abdul Saboor et Martine Cadre.


Depuis plusieurs jours, Martine, retraitée de la région de Bordeaux, confectionne des masques pour des familles de migrants, hébergées près de chez elle. « C’est la débrouille du coronavirus », affirme cette ancienne cadre d’un groupe aérospatial. Depuis la mise en place du confinement, elle s’organise et fait tout pour ne pas rompre le lien avec ceux qu’elle considère comme les oubliés de cette crise.

Touché par son engagement, l’un de ses anciens collègues a obtenu qu’elle récupère des stocks de nourriture du restaurant d’entreprise. « Des plats pré-conditionnés qui auraient dû être jetés », explique Martine, qui a aussitôt prévenu l’association Les enfants de Coluche, gérante d’un squat de migrants près de Bordeaux.

Le rendez-vous était fixé mercredi dernier à 14h, avec des consignes sanitaires strictes. « On n’a pas eu de contact, ils nous ont déposé les sacs de nourriture qu’on a pu récupérer une fois qu’ils étaient repartis ».  À l’intérieur, salades et desserts en grande quantité. De quoi nourrir plus de 230 personnes, dont de nombreuses familles.

Martine a récupérée des stocks de nourriture d’un restaurant d’entreprise. De quoi nourrir plus de 230 personnes, dont de nombreuses familles. Crédit : Martine Cadre

« C’est la moindre des choses de recueillir ces gens dans des conditions humaines »

À Paris, certaines associations continuent aussi de distribuer des repas dans la rue. « Nous avons beaucoup hésité à poursuivre les distributions. Finalement, nous les avons maintenues », confesse Ghislain Benrais, du collectif La Gamelle de Jaurès. Cependant, inquiets par la propagation du virus, ils ont choisi de délivrer la nourriture en kit, pour respecter les distances de sécurité.

Présente lundi soir Porte d’Aubervilliers, Joëlle fait partie des rares bénévoles à s’être déplacée. « Beaucoup de gens sont mis en situation de confinement et préfèrent ne pas s’exposer, ce qui est totalement compréhensible. Alors, j’ai décidé de prendre la main et j’ai monté un groupe avec des femmes qui n’étaient pas forcément membres du collectif au départ », commente avec entrain cette habitante du 18ème arrondissement. « Nous sommes dans une ville très riche, c’est la moindre des choses de recueillir ces gens dans des conditions humaines », poursuit-elle.

« Lundi 23 c’était catastrophique, les associations avaient brutalement décidé d’arrêter et certains exilés n’avaient pas mangé depuis 24 heures »

Mais les conditions ne sont pas toujours idéales. Avec la mise en place des mesures sanitaires, nombreux sont les organismes d’accueil qui ont fermé leurs portes, laissant les populations exilées seules du jour au lendemain. « Lundi dernier c’était catastrophique, les associations avaient brutalement décidées d’arrêter. Certains exilés n’avaient pas mangé depuis 24 heures », souligne Ghislain Benrais. « Avec la peur de ne plus rien avoir, certains étaient devenus agressifs », précise Joëlle, qui assure que la dernière distribution s’est faite, elle, dans le calme.

« Si on ne le fait pas qui va le faire ? »

Cette peur, c’est aussi celle de l’incompréhension face aux mesures sanitaires prises par le gouvernement. Pour Danielle, bénévole pour l’association Utopia 56, cela s’explique par la barrière de la langue. « Toutes les mesures qui ont été prises sont en français, et beaucoup ne parlent pas encore bien la langue, donc ils ne sont pas tous au fait des restrictions sanitaires », déplore la jeune femme, qui félicite au passage le « travail de psychopathe » mené par les associations pour traduire ces mesures.

Pour Gael Manzi, cofondateur d’Utopia 56, c’est une raison de plus pour continuer les maraudes. Accompagné par quelques « anciens », il continue d’arpenter les rues de Paris pour orienter les migrants isolés et délivrer du matériel d’urgence (tentes, vêtements). « On est en équipes très restreintes, que des gens bien formés sur le terrain » assure-t-il, précisant que les bénévoles les plus âgés, tout comme ceux ayant des enfants en bas âge, sont priés de rester chez eux.

Les membres d’associations manquent d’équipement face aux risques de propagation du virus. Crédit : Abdul Saboor.

Comme beaucoup d’autres bénévoles, les membres d’Utopia 56 manquent d’équipement face aux risques de propagation du virus. Mais Gael Manzi ne voit pas d’alternative, « si on ne le fait pas qui va le faire ? On se rend bien compte que les réponses apportées par les autorités ne sont pas là » s’emporte-t-il.

Depuis plusieurs jours, des opérations de « mise à l’abri » ont été mises en place par l’Etat pour faire face au Covid-19, mais les migrants à la rue sont encore très nombreux assure le directeur de l’association. « Lors de nos maraudes de nuit, on croise un nombre de personnes assez énorme, il suffit d’aller dans n’importe quelle gare parisienne aux alentours de 23h30 pour s’en rendre compte ».

Dans son village de Saint-Médard-en-Jalles (Gironde), Martine est quant à elle optimiste. L’opération menée avec l’association Les enfants de Coluche est un succès. « Le directeur du restaurant a pris contact avec l’association » confie-t-elle joyeuse, « et comme il a souvent des surplus de nourriture pendant l’année, il s’est dit que maintenant, il pourrait le donner à cet organisme-là ».

sit Donec libero felis ultricies justo amet, mi, felis consequat. venenatis,