fermer menu
fermer menu
Croisons les vues, croyons les regards.
  • fr
  • en
  • À la loupe

    Ce que dit l’analyse linguistique de la vidéo de campagne d’Éric Zemmour

    Construction d'un ennemi commun, rhétorique du sacrifice, posture christique... Ce 30 novembre, Éric Zemmour, essayiste politique et polémiste, annonçait officiellement sa candidature à la présidentielle 2022 via la publication d'une vidéo sur ses réseaux sociaux. Rencontre avec la linguiste, Paola Pietrandrea, pour analyser les ressorts rhétoriques du discours du candidat.

    la legende alt

    Les propos ont été recueillis par Justine Segui. Guiti News : Éric Zemmour est officiellement candidat à la présidentielle. Pour l’annoncer, il a publié une vidéo de dix minutes qui a atteint, en moins de 24 heures, deux millions de vues. Selon vous, quels procédés ont permis de toucher une audience si vaste ? Paola Pietrandrea : Ce texte pourrait parler à de nombreuses personnes qui se sentent étrangères dans leur pays, dans la réalité qui les entoure. Ce peut être un message universel. Il nous dit qu’on se sent perdu. Avant tout, c'est un discours extrêmement émotionnel, grave. Où le sentiment de dépossession est évoqué par le biais de longues listes. Sentiments, sensations et situations dans lesquelles Eric Zemmour considère que LE français peut se retrouver. Il part du principe que ce sentiment de dépossession est partagé par un grand nombre, mais caché et que désormais la parole se libère. C’est une rhétorique de la droite, qui a été mise en place par Marine Le Pen, en 2012 puis 2015, après les attentats. On se dit qu’il y a un sentiment que certains, par hypocrisie, considèreraient comme non légitime. Quelles seraient les causes de ce sentiment ? C’est assez bien fait parce que si l’on fait attention, il n’y a qu’un seul passage où Eric Zemmour, assure de façon explicite que la cause de ce sentiment est le « remplacement », « l’immigration ». Dans le texte, il évoque des sentiments, qu’il couple avec des images d’immigrés ou des publicités qui font la promotion de la mixité par exemple. Mais, jamais l'on ne pourrait accuser ce texte d’être raciste. Ce serait difficile aussi de dire que c’est un discours qui parle du « remplacement », parce qu’il ne l’évoque qu’au bout de cinq minutes : « les personnalités de droite et...

    fond de couleur pour message abonnement

    Pour lire la suite, soutenez Guiti News et abonnez vous à partir de 2€/mois*

    Vous aimerez également :

    icone du ministere de la culture francaise, qui soutient Guiti News
    © Guiti News 2021 – Tous droits réservés