MENU
Recevoir la Newsletter

Comment les collectivités territoriales viennent en aide à SOS Méditerranée

« Quand nos petits-enfants reliront l’histoire, ils se demanderont comment on a pu laisser mourir autant de gens, sans rien faire ». Philippe Grosvalet, président du département de Loire Atlantique (parti socialiste) s’offusque de la situation en mer Méditerranée. Cette route migratoire est la plus meurtrière du monde et seules quelques organisations non gouvernementales (ONG) affrètent des bateaux pour porter secours aux personnes exilées perdues en mer. SOS Méditerranée est l’une d’entre elles. Depuis sa création en 2015, elle a porté assistance à plus de 32 000 individus arrivant vers l’Europe sur des bateaux de fortune. Et ce, avec aucune ou presque subvention publique.

Un article de Justine Segui / Image à la Une :Hannah Wallace Bowman / MSF


Entre 2014 et 2020, plus de 20 000 personnes sont mortes en tentant de traverser la mer Méditerranée, selon l’Organisation internationale pour les migrations.

Certaines collectivités territoriales décident alors de prendre les choses en main, en participant aux coûts des sauvetages. Depuis janvier 2021, une plateforme des collectivités solidaires les recense sur le site de SOS Méditerranée, dans le but de fédérer un nombre croissant de communes, de départements et de régions autour de la mission de l’ONG. Une initiative impulsée par le soutien du département Loire Atlantique à partir de 2019.

« Il y a deux collectivités qui, historiquement, nous soutiennent : la ville de Paris et la région Occitanie. Mais, le soutien public restait marginal jusqu’en 2018. Cette même année, 98% de l’argent collecté venait de dons privés », explique Bérengère Matta, responsable de la mobilisation des collectivités territoriales à SOS Méditerranée.

En septembre 2015, la photographie de l’enfant Aylan Kurdi, dont le corps est retrouvé échoué sur une plage turque, devient virale et provoque un émoi mondial. Une photo devenue symbole de la crise de l’accueil en Europe. © Gaspard Njock pour Guiti News

De l’inconditionnalité du secours en mer

Le tournant remonte à l’été 2019, quand le département de Loire Atlantique décide d’octroyer une conséquente subvention à hauteur d’un million d’euros, au sauvetage en mer. La somme est alors répartie entre SOS Méditerranée et la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer).

Pour Philippe Grosvalet, le président du département, cette contribution est une manière de rappeler aux États leur responsabilité. « L’inconditionnalité du secours en mer est une règle internationale qui devrait engager tous les États, or ils sont complètement défaillants », abonde-t-il.

Vice-président du Conseil départemental de Loire Atlantique, Freddy Hervochon met en avant sur ses réseaux sociaux l’obligation morale et juridique du secours en mer.

Un soutien moral et financier

Rappeler son devoir à l’Etat, mais également faire montre d’une certaine exemplarité. C’est ce que revendique Philippe Grosvalet. Il s’agit d’« entraîner l’ensemble des collectivités locales pour qu’elles se disent que c’est possible. De la plus petite ville à la plus grande région ».

Malgré tout, cela ne prend pas. D’où son idée de créer une plateforme des collectivités solidaires. A l’été 2020, le président du département envoie un courrier de mobilisation à 240 collectivités.

« Dans un premier temps, on a visé les plus importantes, et puis, celles qui ont le plus de capacités, et qui ont déjà montré leur intérêt pour cette question », se souvient-il. Avec la maire de Paris, Anne Hidalgo (PS) et la présidente de la région Occitanie, Carole Delga (PS), il médiatise cette plateforme.

Après une tribune publiée sur France Info le 21 janvier 2021 signée par 28 maires et présidents de collectivités, la plateforme est officiellement lancée. Six mois plus tard, elles sont 67 collectivités à soutenir SOS Méditerranée, s’engageant sur le plan moral comme financier.

Pour rejoindre la plateforme, une collectivité doit ainsi signer une charte d’adhésion et verser une subvention « à sa discrétion », qui oscille de quelques centaines d’euros à des centaines de milliers d’euros. « On a les principales villes : Lyon, Bordeaux, Marseille… note Philippe Grosvalet. Mais moi, je me réjouis quand une toute petite commune vote une aide de 100 ou 200 euros, c’est l’intention qui prime même si l’argent est important », s’enthousiasme-t-il.

Une inscription sur le territoire national

La plateforme réunit quatre régions, neuf départements et une cinquantaine de villes ou de communes. Soit « un spectre très large et divers de collectivités adhérentes à la plateforme, que ce soit sur les seuils démographiques ou sur la taille. Sont présentes de très petites communes comme de très grosses régions », explique la responsable de la mobilisation des collectivités, Bérengère Matta.

Les collectivités engagées varient en taille mais aussi en localisation, et certaines comme le département de la Nièvre ou la commune d’Alvignac, dans le Lot, se situent loin de la mer. De quoi donner de l’espoir à la responsable de SOS Méditerranée : « on n’a pas besoin d’être une collectivité méditerranéenne pour affirmer qu’il n’est pas normal de laisser des personnes mourir en Méditerranée ».

Carte de France des collectivités engagées auprès de Sos Méditerranée . © Sos Méditerranée

Pour SOS Méditerranée, l’appui de ces collectivités représente bien « un levier supplémentaire ». Car, en plus d’une subvention, ces villes, départements et régions participent à accroître la visibilité de la mission de SOS Méditerranée, tout en l’inscrivant sur le territoire national. « Elles peuvent nous accompagner dans le cadre de nos appels à dons, les relayer à travers des campagnes d’affichage public, leurs réseaux sociaux, dans les revues municipales. Elles peuvent aussi nous accompagner en offrant une salle, un lieu public, assez fréquenté pour une exposition photos ou nous inviter à des évènements », ajoute Bérengère Matta.

Sur l’année 2020, l’ONG a collecté près de 776 000 euros de subvention publique, environ trois fois plus qu’en 2017. La responsable de la plateforme a bon espoir que la tendance se poursuive : « Il est difficile d’avoir une idée précise de quelle collectivité sera adhérente à la fin de l’année et quel sera le montant total des subventions octroyées. Toutefois, nous sommes satisfaits pour l’instant de l’engagement qui est pris et du renouvellement », explique-t-elle.

Un engagement non-partisan… mais sous le joug des élections

Quid des élections départementales et régionales ce 20 juin quant au soutien de certaines collectivités ? « Si les majorités changent, pour certaines, ça peut être en notre faveur et pour d’autres, ça peut nous faire perdre des soutiens », analyse Bérengère Matta. Mais pour elle, le plus important est ailleurs. A savoir que l’association de sauvetage comme la plateforme des collectivités restent non-partisanes.

« On ne veut pas être récupéré et instrumentalisé par un quelconque parti politique, précise-t-elle, et on réaffirme cela sur notre plateforme, en s’adressant à toutes collectivités, donc à toutes les sensibilités ».

Pour Philippe Grosvalet, il n’est pas ici question de politique d’immigration, mais bien de considérations humanitaires. « Il faut que les élus dépassent la question politique au sens partisan du terme, pour véritablement s’engager dans une question de solidarité internationale », assure-t-il. S’il ne se représente pas sur les listes départementales pour renouveler son engagement auprès de SOS Méditerranée, le président du département Loire Atlantique espère que ses successeurs perpétuent ce soutien pour « relever l’inconditionnalité du secours en mer », conclut-il.