MENU
Recevoir la Newsletter

Covid-19 : l’appel de 104 parlementaires pour régulariser les sans-papiers

Ce dimanche 12 avril, 104 parlementaires ont interpellé le gouvernement sur la situation dramatique des sans-papiers face à l’épidémie de covid-19, en demandant leur régularisation temporaire dans une lettre ouverte. Une mesure sanitaire et sociale indispensable pour une meilleure gestion de la crise liée au coronavirus..

La rédaction.

Le 30 mars, au Portugal, le gouvernement socialiste d’António Costa prenait la décision d’accorder temporairement des droits aux milliers d’étrangers qui étaient en cours de régularisation. Ce dimanche 12, plus d’une centaine de parlementaires ont demandé au Premier ministre Edouard Philippe, d’en faire de même avec les sans-papiers français, dans une lettre ouverte publiée dans le JDD. Le but ? Leur permettre un accès aux soins et aux aides financières.

En cette période de crise sanitaire et économique inédite, les hommes et femmes politiques signataires, issus de dix partis politiques différents, rappellent les recommandations de l’OMS : « les gouvernements doivent tout mettre en œuvre pour protéger les droits et la santé de chacun. La protection des droits et de la santé de tous permettra en réalité de contrôler la propagation du virus ».

Alors que depuis le début du confinement, associations et politiques tirent la sonnette d’alarme à propos de la situation dramatique des sans-papiers et des sans-abri, les députés rappellent que « la catastrophe sanitaire que nous subissons nous oblige à agir avec responsabilité et sans délai, comme nos amis Portugais l’ont fait. Il en va, dans un premier temps, du devoir d’une société solidaire en temps de crise vis-à-vis de chacune et chacun, quelle que soit sa condition ».

Une mesure bénéfique à l’ensemble de la population

Au-delà de l’aspect social, les politiques insistent sur la dimension de salubrité publique pour protéger l’ensemble de la population. Régulariser temporairement les sans-papiers permettrait à ceux qui ne peuvent pas avoir accès aux soins d’être pris en charge plus tôt en cas de maladie. Et ce, pour leur propre sécurité mais aussi pour limiter la propagation du virus. Il est donc indispensable de prendre en compte les conditions de vies particulières de ces populations pour améliorer la gestion de la crise sanitaire.

La lettre ouverte insiste notamment sur la situation problématique des mineurs sans-papiers. « Dans le cadre de la continuité pédagogique mise en place par le gouvernement, cette régularisation permettrait aux enfants scolarisés de ne pas être encore davantage exclus du système scolaire », écrivent les parlementaires. Ils en appellent aussi à la responsabilité des départements pour la prise en charge les mineurs non accompagnés, qui souffrent particulièrement de la crise liée au Covid-19.

commodo mi, dolor mattis Praesent Sed et, leo