MENU
Recevoir la Newsletter

« Je n’en dors pas » : témoignage d’un travailleur social qui évalue l’âge des migrants

Leur parole est rare. Ils sont chargés d’évaluer la minorité de jeunes migrants arrivés sur le territoire français. Si leur évaluation est positive, les jeunes sont pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance (ASE). Pour les autres, le parcours du combattant continue. Alioune Diop* est l’un d’eux. Travailleur social au compte de l’ASE dans un département de l’Est de la France depuis quatre ans, il raconte pour la première fois son quotidien, ses engagements sans cesse rattrapés par la réalité de son métier, les décisions insupportables et la nécessaire prise de recul.

Propos recueillis par Sofia Belkacem / Dessin : Gaspard Njock.


« Je suis la porte d’entrée des mineurs non accompagnés (MNA ndlr) dans le dispositif de l’aide sociale à l’enfance en France. Depuis mon arrivée dans le service, je pense avoir évalué environ 400 jeunes, dont une immense majorité de garçons originaires de Guinée-Conakry. J’ai reconnu leur minorité entre 60 et 70% du temps.

La difficulté, c’est aussi de s’accorder entre collègues. Nous sommes deux, parfois trois évaluateurs. Il y a un côté pervers, dans le sens où le consensus est indispensable à l’évaluation pour que le mineur puisse être admis. Si j’émets un avis contraire à un collègue, c’est compliqué. Aussi, le plus souvent, même en désaccord, je finis par appuyer sa décision.

C’est également pour le bien du jeune, car sinon il y a un va et vient permanent, et on tourne en rond. Refuser permet aussi au jeune de se tourner vers d’autres dispositifs, de se rendre dans d’autres départements.

Un refus souvent fondé sur le faciès

Théoriquement, l’évaluation de la minorité du jeune est basée sur des critères précis. Nous n’avons quasiment jamais eu recours aux très controversés tests osseux. En quatre ans, on l’a suggéré une fois, tant l’on sait qu’il existe des biais sur ces examens-là. L’évaluation se déploie plutôt au travers d’un long entretien du jeune : déclinaison de son âge, de son pays d’origine, de son ethnie, de sa fratrie, de son parcours migratoire, de son extrait de naissance…

En réalité, cela ne se passe pas comme ça. L’évaluation est subjective. Et le refus est souvent fondé sur le faciès du jeune. On se dit qu’il fait trop vieux. ’Il n’est pas mineur celui-là, faut arrêter de nous prendre pour des cons ‘, fulminent parfois des collègues. Ou alors l’on met en doute son discours et sa cohérence : comment a-t-il pu survivre à tout ce qu’il raconte ? Souvent, le jeune s’embrouille dans la restitution de son parcours. Alors, nous nous basons sur cette incohérence pour asséner un refus. Dès les prémices de l’entretien, le jeune apparaît en fait comme suspect. ‘Pourquoi avoir pensé à fuir avec ton extrait de naissance ? Et pas en emmenant de quoi manger ?’

Certains collègues sont bloqués dans leur incompréhension et mènent des entretiens dignes de films policiers made in Hollywood : ‘Dis la vérité ! Je sais que tu mens !’

Alors que dans les textes prévaut l’idée que le doute doit bénéficier aux jeunes. En pratique, le doute se retourne contre eux.

Pourtant, et nous le savons pertinemment, après un traumatisme, le discours n’est ni nécessairement fluide, ni cohérent. De la même manière, après une trajectoire migratoire pénible, le gamin change. Il est marqué, il fait vieux, il a pris des rides. Tandis que s’il parvient à se poser quelques mois, à être accepté par le dispositif de l’ASE, il redevient un enfant. On le voit, il est apaisé. Son visage change à nouveau.

Je n’en dors pas

Quand j’appuie un refus, il y a toujours une partie de moi qui part avec cette décision. Je n’en dors pas. Mon idéologie se trouve confrontée à la réalité de mon métier. Si j’ai choisi cette voie – et avec mes diplômes j’aurais pu m’orienter vers autre chose -, c’est que j’étais animé par cette fibre sociale.

Mais, je suis très frustré. En dehors de convictions politiques, c’est aussi lié à ma construction personnelle. Je suis d’origine sénégalaise. Je sais ce qu’induit de laisser son foyer derrière soi. Je sais ce que signifie partir. Personne ne fait le choix de partir par gaieté de cœur. C’est toujours traumatisant.

Lors des entretiens, parce que je suis noir, je sens bien que le jeune cherche mon regard, ma compassion. Avec une spontanéité naturelle.

Un gros turn-over

Quand tu évalues tant de personnes, psychiquement c’est lourd à porter. Il existe un important turn-over dans le service. En quatre ans, six évaluateurs sont partis. Ils arrivent, décidés, engagés, forts d’une conscience professionnelle, mais ne restent pas. Le récit des violences, des viols, des exactions… Soit tu arrives à te forger une carapace et te fier à ta mission, afin de mettre à l’abri un maximum de jeunes, soit tu laisses tomber.

J’ai été particulièrement marqué par les entretiens des jeunes filles. A une seule reprise nous avons refusé d’en admettre une. Cela m’a chamboulé. Elle attendait un geste de ma part. Cette jeune fille a subi des viols en Libye, elle a été persécutée. La manière dont elle expliquait son traumatisme a été perçue par l’autre évaluateur comme de la comédie. Et cela, je ne m’en remettrais pas.

Je revois nombre de jeunes dans la rue ou lors d’entretien de suivi. Ils suivent alors une scolarité, un apprentissage… Cela me fait plaisir. Grâce à la décision que j’ai donnée, j’ai pu aider cette personne. C’est ce qui me fait tenir. Je crois qu’il ne faut pas s’éterniser dans ce genre de services. Passer à un autre cadre après trois ou quatre ans d’exercice. Sinon, l’on s’habitue. Et l’on devient des machines. Or, on traite avec des êtres humains, on ne peut pas faire d’automatismes.

Un autre élément qui explique le stress des évaluateurs sont les consignes de quotas. Il nous est alors demander d’atteindre X refus pour pallier un dispositif saturé. Il ne faut pas se voiler la face : l’accompagnement des MNA n’est pas la priorité politique des départements. Partagés entre la loi protectrice de l’aide sociale à l’enfance et celle de l’immigration, les acteurs se renvoient la balle !

D’autres gestions sont possibles

Il y aurait pu y avoir d’autres gestions de ce public. Plus de centres pour une meilleure prise en charge des MNA. Il reste une possibilité de faire quelque chose. Les associations le disent, le défenseur des droits aussi. Quand les jeunes sont déboutés par l’ASE, des familles, des citoyens engagés peuvent prendre le relais.

A mon sens, les évaluations sont trop disparates. Il devrait exister une pluridisciplinarité dans l’approche, avec des psychiatres, des psychologues… Et pas simplement des travailleurs sociaux qui n’ont parfois pas de formations adéquates, ou qui n’appliquent pas la feuille de route.

Dans toutes les histoires, le déchirement est toujours là. Avant ses 18 ans, le ou la jeune n’aura jamais le temps de le panser. Il manque plus généralement dans l’encadrement des mineurs en France un accompagnement psychologique sur le long terme. Ils ont besoin de verbaliser leur traumatisme. Sinon, ils se lancent à corps perdu dans un projet pour tenter de l’oublier. Mais, ça les rattrape comme un boomerang. Un jour ou l’autre, ça reviendra.

*Le nom a été modifié.

eleifend vulputate, non in justo neque.