L’Italie durcit les sanctions contre les ONG qui viennent en aide aux migrants

Le gouvernement vient d’adopter un décret qui prévoit de lourdes amendes, jusqu’à 1 million d’euros, et des peines de prison pour les bateaux de secours des ONG qui voudraient accoster en Italie.

La rédaction de Guiti News


Matteo Salvini renforce sa politique anti-migrants. Le ministre de l’Intérieur italien vient de faire voter au Sénat un décret pour pénaliser davantage les ONG. Le texte a été approuvé à 160 voix pour, et 57 contre.

Désormais, les bateaux des ONG qui viennent au secours des migrants en Méditerranée ne seront plus les bienvenus dans les eaux italiennes… sous peine de lourdes sanctions. Le décret prévoit des amendes allant de 150 000 à 1 million d’euros. Pis, en cas de résistance, les commandants des navires risquent jusqu’à 10 ans de prison. Cette dernière mesure n’est nul doute qu’une riposte à la libération de Carola Rackete, la capitaine du Sea-Watch 3.

Le texte fait déjà couler beaucoup d’encre. Un espoir subsiste toutefois pour les ONG. Le décret doit être ratifié avant son entrée en vigueur. Si le président italien le juge inconstitutionnel, il sera invalidé. Pour certains juristes, l’interdiction de territoire envers les bateaux des ONG est une violation de la constitution. Il en reviendra au président de trancher.

ut diam tempus nunc sem, luctus risus efficitur. mi, leo