«J’ai très peur pour ma vie» : l’appel à l’aide de Rodly Saintiné, journaliste menacé en Haïti

L’assassinat, le 7 juillet dernier, du président haïtien Jovenel Moïse a sonné comme une escalade dans le chaos. Entre la mainmise des gangs et la précarité des habitants, Port-au-Prince est plongée dans une insécurité exponentielle. Insécurité orientée notamment vers les professionnels de l’information, victimes d’une multiplication d’intimidations et d’attaques. Le 30 juin, deux reporters Antoinette Duclair et Diego Charles, 33 ans, ont été tués en plein cœur de la capitale. Sur place, les journalistes, terrifiés, peinent à exercer leur métier dans des conditions décentes. Rodly Saintiné est l’un d’eux. Le présentateur d’une émission radiophonique sur AlterRadio, correspondant culturel pour RFI et enseignant en journalisme, vit caché depuis le 20 juin dernier, à la suite de menaces de mort. Il témoigne.

Un article d’Anderson D. Michel _ Photo : Rodly Saintiné à la présentation d’une émission sur Radio Signal FM © Ravensley Boisrond


« J’ai très peur pour ma vie ». Rodly Saintiné, journaliste à Port-au-Prince, a quitté son domicile le 20 juin dernier, à la suite d’une succession de menaces de mort.

Depuis, avec sa compagne, il se cache dans un endroit tenu secret.

« Je suis présentement dans une situation très difficile. Et ma famille l’est également. Nous sommes tous cloîtrés dans un endroit différent, et évitons d’entrer en contact les uns avec les autres par sécurité », raconte le reporter, joint par téléphone.

Et de déplorer des conditions « inhumaines » d’un endroit lugubre dépourvu d’eau potable. « Je n’ose pas sortir acheter de la nourriture de peur de me faire repérer », raconte-t-il, agité.

La fuite comme salut

D’après lui, cette planque c’est son seul salut. Le présentateur de l’émission « Bon après-midi », affirme que les menaces à son encontre ont débuté en 2020, durant les mois de septembre et d’octobre.

Avec la crise sécuritaire que traverse l’île d’Hispaniola (toute-puissance des gangs, recrudescence des enlèvements…), Rodly Saintiné confie ne pas avoir fait d’emblée le lien entre ces menaces et ses activités journalistiques. Il a, cependant, déposé une plainte auprès de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) en novembre 2020.

Mais, selon Rodly Saintiné, les intimidations ont pris une autre tournure au mois de juin dernier. Et d’affirmer que les gangs armés de Cité soleil – quartier où il a grandi et réside toujours- lui reprochent d’avoir divulgué des informations les concernant à la presse et à la police nationale d’Haïti (PNH), suite à l’assassinat de l’inspecteur de police, Adolph Mirabel, le 5 juin, à Port-au-Prince.

Ce que réfute le reporter.

Depuis le début des années 2000, Cité soleil est considéré comme l’une des zones les plus dangereuses de la capitale haïtienne. Là, les chefs de gang se partagent son contrôle, à l’instar du sanguinaire Jean-Pierre Gabriel, alias “Ti Gabriel”.

Par précaution, il dit alors avoir envoyé un membre de sa famille à son domicile pour récupérer des vêtements et des affaires importantes, afin de préparer sa fuite. « C’est là qu’il a trouvé une balle glissée sous ma porte. Il n’y a pas plus clair comme signe », pose Rodly Saintiné.

Et de continuer : « Quelques heures après mon départ, des bandits lourdement armés entouraient ma maison ».

Dans cette courte vidéo, Rodly Saintiné témoigne de sa situation et demande le soutien d’ONG internationales.

D’une assistance internationale

Sans ressources et terrifié, le journaliste confie « ne plus bien savoir quoi faire ». « J’ai déposé plusieurs plaintes à la DCPJ. Cela n’a pas donné de suite. Pour l’instant, la police et la justice sont impuissantes face à ces gangs. Ce sont eux qui font la loi ».

L’assassinat du président Jovenel Moise le 7 juillet qui a fini de plonger Haïti dans une situation chaotique, vient encore, pour le journaliste, rappeler ce sentiment d’impunité.

Rodly Saintiné lance en conséquence un appel aux différentes ONG internationales défendant le droit de la presse, afin de trouver assistance et protection.

Son confrère, Claudy Sia, présentateur vedette de couleurs tropicales sur RFI, lui a également apporté son soutien sur sa page Facebook, martelant « l’insécurité en Haïti n’est pas un fantasme ».

Articles récents